• * Faites un puzzle de son corps, Son âme est déjà en morceaux.

    Juste un empiècement de chair, juste un corps mou, sans vie, terne
    Juste un gémissement, un soupir, même les mots ne passent plus
    Accoudée au dessus d'un lavabo, vomissant sa peur, sa douleur
    Le souvenir de chaque soir, où seule dans sa chambre le sang coule...son sang coule
    Alors que vont dire ceux qui prétendaient la connaître
    Et qui vont apprendre sa disparition un matin d'hiver 
    Se doutent-ils seulement de son malheur ? De sa douleur ?
    Non bien, sure, trop omnubilés par leurs vies si simples et rangées
    Elle est morte ? Tant pis, une folle de moins
    Et cracher à leur visage c'est tout ce que j'aimerai faire
    Pour leur faire se rendre compte que même si elle s'est tuée,
    C'est eux qui avait la lame, c'est eux qui l'ont tranchée, de leur indifférence.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 11 Août 2006 à 19:07
    je tremble
    je tremble de lire ce texte! j'aurai aimé l'écrire, aimé expliqué par ces mots employés, une phrase que j'aime tant et qui dis: l'indifférence est le plus grand des mépris!!! et le mépris peux tuer certaines personnes, que se soit dans la chair ou dans l'âme! a tous les hypocrites, a tous ceux qui nous conspues, a tous ceux qui pense connaitre nos douleurs mais qui ne savent rien, je dis: regardez ce que votre ignorance et ce que votre indifférence peux faire! vous ne faites que juger, vous ne faites que comdamner! mais au fond, les vrais coupables appartiennes a votre éspèce! a tous ceux qui sont comme vous, arrogants, traitres, et menteurs, je vous craches ma haine et mon dégouts des hommes! quant a moi, je suis fier de t'avoir, toi, l'âme sans repères, mais qui, si souvent déjà, a réussi a me sortir de mon sombre repère! a toi, mon trésor si précieux et si fragile! INDOGOTHIK.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :